Factory

FR - ENG

Factory
(2016, Ancien atelier métal)



BPP (2016, Ancien atelier métal),
170 x 130 x 65 cm.

Tubes fluorescents colorés, fauteuils roulants, aspirateur de chantier,  feuille  plexiglas, bois, mousse expansive, mousse de rembourrage







Cocoon (2016, Ancien atelier métal),
dimensions variables.

Rail metallique, esses, lampes de chantier, couvertures de demenagement, tabourets, téléviseurs, lecteurs DVD, portant, spot de chantier, Arduino, blindage, bouilloire, lait, encre de chine, moteur d’essuis glace





Chemiseisdead
(2016, Ancien atelier métal),
dimensions variables.

Cintres métaliques aiguisés, moteurs d’essuis glace, chemises




Bin

(2016, Ancien atelier métal) 60cm ø x 120cm

Miroir acrylique, métal roulettes.



A gauche, un rail d’abbatoir auquel des esses suspendent des couvertures en baluchons. Devant chacune d’entre elles, un tabouret, une lampe et une vidéo en boucle évoquent un travail à la chaine. Plus loin une autre couverture est activée : elle palpite et suinte un liquide noir.  En face, un stand de barba-papa précaire conçu à partir d’objet trouvé. Les confiseries sont en matériaux recyclé (mousse de rembourrage). A l’entrée, un écran retransmet une étrange scène : des chemises suspendues et alignées se mettent à danser puis s’empalent sur leur cintres, dans un ballet macabre. Au centre, un curieux personnages. Un cylindre, muni d’un couvercle èrre dans l’espace en le réfléchissant. Contre-chef, ouvrier, sécurité... Son but reste indéterminé.
Cette installation prend la forme d’un atelier temporaire déserté par ses ouvriers, où les machines sont encore en activité. Les objectifs de cette entreprise sont obscurs : activer des objets en leurs conférant des qualités organiques, suggérer le comestible grâce à des postiches, la mise à mort de vêtements, qui s’incarnent en même temps qu’ils s’épuisent. Le tout dans une atmosphère de surveillance constante.